Le Roi Dragon N°29 – O’Sensei est l’Auteur des 5 techniques de bases de l’Aïkido

On entend parfois dire sur les tatamis que c’est DoShu Kisshomaru Ueshiba, fils de O’Sensei, qui avait codifié les techniques de l’Aïkido. Certaines réflexions afférentes laissaient même entendre que cela se serait fait après la mort du Fondateur, ou que ce dernier n’y aurait pas participé.

Mais faut-il attacher une importance particulière à ces idées, au regard de l’état de clairvoyance auquel avait accédé O’Sensei et de la dimension spirituelle de la Voie de l’Aïki. En effet, si nous nous plaçons par rapport à ces points de vue, nous devons alors nous convaincre que notre discipline est gouvernée par la Régence Spirituelle du Monde[1] ce qui interdit qu’elle puisse dévier d’une quelconque façon tant que sa Fonction n’est pas achevée. Cela veut dire que si les 5 techniques de bases avaient dû apparaître hors de la présence physique de O’Sensei, cela ne leur enlèverait aucune légitimité.

Cependant, ces paroles sur l’origine de ces techniques sont-elles fondées ? Je donne ci-dessous deux éléments de réponses qui montrent clairement qu’elles ne le sont pas.

Premier élément de preuve :

Tout d’abord voilà une série de photos de O’Sensei exécutant 4 des 5 techniques, Ikkyo, Nikyo, Sankyo et Yonkyo. On remarquera que Nikyo et Yonkyo ont effectué alors que O’Sensei était relativement jeune.

Deuxième élément de preuve :

C’est une vidéo où l’on voit Doshu Moriteru Ueshiba (à 1 minute 12s du début) faire Ikkyo, Nikyo, Sankyo, Yonkyo telles que nous les pratiquons aujourd’hui sous le regard de O’Sensei. Preuve que ces techniques ne sont pas apparues après la mort de O’Sensei mais bien sous son autorité spirituelle, avec son plein accord :

En outre dans mon ouvrage “La Voie de l’Aïki – En quête du geste vrai” au paragraphe “Le mystère des 5 Techniques de base de l’AÏkido”, je montre que ces cinq techniques sont issues d’une source transcendante, du fait de leur parfaite conformité avec la doctrine des 5 éléments exprimée dans le Taoïsme.

  1. Aussi, je souhaite avoir l’honneur de pouvoir m’employer complètement en tant que partie du corps et de l’action du Grand Dieu de l’Origine Unique et de la plus grande puissance qui gouverne le monde. C’est le devoir sincère. Je serais reconnaissant d’être sur la voie du bonheur. Celui qui s’emploie à être une partie du corps et de l’action ne peut le faire seul. Il est souhaitable que toutes les divinités des diverses voies de l’organisation du grand univers ainsi que les dix mille choses de l’univers s’harmonisent et s’appliquent à leur devoir respectif.” O’Sensei dans Takemusu Aïki, Vol III, page 102, Editions du Cénacle.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master


*